Flashmag,the sharpness in news and leisure...

Annie Sène, le doigté pictural …

June 14, 2012 0 Comments

Annie Sène, le doigté pictural …

Flashmag ce mois-cis voyage dans le pays de l’érable  pour faire la rencontre d’une artiste plasticienne,  Annie Sène est peintre, elle vit  à Montréal, au Canada, l’un des plus grands pôles d’attraction culturelle au monde, dans les lignes qui suivent elle nous en dit un peu plus sur sa personne,  et son art…

Flashmag :Salut Annie  nous sommes heureux de vous, rencontrer et de partager avec notre lectorat cet instant spécial, notre tribune est la vôtre le temps de cet entretien. Pour commencer nous aimerions que vous vous présentiez au public qui est Annie Sène ? Votre background en somme ?

Annie Sène : Je suis née à Paris, embrassée par le jet culturel de plusieurs horizons venant de la France, de l’Afrique de l’Ouest, de la Guadeloupe, j’ai appris beaucoup de la vie, autodidacte dans l’âme, je traverse les années en grandissant de mes erreurs et persévère dans l’apprentissage de nouvelles connaissances et compétences pour m’amener à accomplir mes rêves.

Ma carrière professionnelle m’a permis d’occuper des postes d’employé de bureau, d’attachée commerciale, de gestionnaire de clientèle, dans la région parisienne, d’être gérante de l’artiste Senaya au Canada.

Toujours dans la perspective d’être et de rester une entrepreneure dans l’âme, une visionnaire en action, malgré les hauts risques que cette initiative comporte, pour réaliser mes objectifs, je décide d’investir de manière professionnelle dans le domaine de l’art plastique et, en me donnant les moyens et, le temps pour programmer une exposition pour l’année 2012 à Montréal.

Tout commence par des expositions en solo, le mois de mars Chez le Portugais et, le mois

d’avril à Fokus Gallery.

Avant cela, j’avais laissé quelques tableaux à la galerie Charles Garo à Montréal.

Il est bien de savoir qu’avant cette date, à partir de 2003 en France, j’ai fréquenté des ateliers pour être en compagnie d’autres artistes, une association appelée Quatre-AS, et ai participé à des expositions de groupe sur une période de deux ans.

J’ai reçu beaucoup de bons commentaires, encouragés par tous, je continue de plus belle.

Actuellement j’ai d’autres projets d’exposition en cours.

Flashmag :si beaucoup pensent que l’on nait artiste, néanmoins nous aimerions savoir comment vous  vous êtes  engagée dans ce chemin  des arts plastiques, comment  est-ce que votre potentiel artistique est devenu réalité ?

Annie Sène : Autant que je m’en souvienne, dès ma tendre enfance, j’aimais dessiner et, j’avoue qu’en classe la discipline art plastique laissait avec aisance exprimer ma créativité.

A chaque fois, que je regardais les peintres à Paris, plus exactement à Montmartre, je restais à contempler des heures leur travail, puis j’ai côtoyé des professionnels, je leur ai montré mes dessins au crayon, très étonnée avec l’œil du connaisseur, je me rendis compte que ce que je faisais ne laissait personne indifférent.

Pour me donner les chances de m’améliorer, j’ai fréquenté des ateliers de groupe d’artistes pour mieux m’inspirer de leur travail, au fur et à mesure que mes sujets prenaient forme, les autres peintres et moi échangions sur mes pratiques, très enrichissant pour ma part.

En 2004, j’attache une importance à aimer peindre des portraits et, là j’y prends goût définitivement, je m’applique d’avantage à en faire, en fonction du temps qui m’est donné.

Et ce n’est qu’en 2011, avec enthousiasme et encouragement de mon entourage familial

(ma maman, ma sœur, ma fille, ma nièce), mes amis, mes connaissances et mon agent que je m’engage à faire une exposition solo pour 2012.

A partir de cet instant, l’art prend une place prépondérante dans ma vie. 

Flashmag :Dans la réalisation de vos œuvre qu’est-ce qui vous inspire, quels sont les peintres contemporains dont vous estimez avoir reçue l’influence ?

Annie Sène : Mes tableaux qu’ils soient toile, peinture à l’huile, pastel, ou fusain, parlent d’êtres attachants, d’amour, d’émotions, de souffrance.

J’ai un véritable penchant pour le portrait, le nu, où je peux capter une expression, une humeur, une joie, une douleur, un sentiment, une spontanéité.

Mon inspiration, c’est la nature humaine, la sincérité, la justice.

C’est une envie de communiquer sans artifice, transmettre un message qui s’adresse à toute personne qui aime observer ses semblables, qui aime l’être humain.

Oui, il y a des peintres passionnés, sensibles et profonds, délicats, comme :

 Jean-Honoré Fragonard – La liseuse, Paul Gauguin – Vahine no te VI,

 Van-Gogh Vincent – son autoportrait,

 Léonard de Vinci (– Sainte-Anne, - La Joconde), Frida Kahlo – son autoportrait.

Flashmag :Si il fallait catégoriser votre style de peinture, comment vous sentez-vous ? Classique, réaliste, impressionniste,  abstraite ?

Annie Sène : Ma peinture s’oriente vers le style plutôt réaliste, le désir de rechercher l’âme de l’être dans sa splendeur et, de respecter ses traits, en définissant les sens existant, parlant en toute intimité dans mon espace où seule la confidence est un branchement pour que la vie soit vue, toutefois, l’aspect abstrait vient visiter le pouls du moment, revêt la sensibilité, les forces et, l’essence profondeur du lien qui m’appelle à tracer les couleurs du sujet.

Flashmag : Quel est la portée philosophique de vos œuvres, quel message vous  essayer de passer et quel est votre public cible ?

Annie Sène : Mes œuvres expriment la volonté de mieux comprendre l’être humain, de l’amener à se confier et de savoir l’écouter, de valoriser la justice, la paix, le partage, l’amour pour que l’humanité aspire à vivre mieux, en toute harmonie.

De mon art vers les autres, c’est l’écho de la vie pour toujours, malgré le grand voyage, c’est d’être présent aux yeux de TOUS, et touche toute personne.

L’essentiel, c’est de faire grandir les cœurs de ceux qui regardent mon œuvre, avec patience et continuité en véhiculant le message : «de prôner la diversité, car nous sommes tous des morceaux du puzzle universel.

Flashmag :l’artiste est au cœur de la société humaine  par ce qu’il est parfois, vecteur de comportements sociaux… comment appréciez-vous la controverse créer par l’un de vos collègues en Suède dernièrement  avec ce fameux  gâteaux au chocolat représentant une femme noire ?

Annie Sène : L’art est une liberté, une expression, il est important de respecter les sociétés humaines des différents continents, nous apprenons de l’histoire, l’histoire dénonce, les mentalités évoluent, les cicatrises laissent des goûts amers, s’estompent avec le temps, les cultures diverses apprennent à accepter l’autre, et aussi c’est dans cette folle liberté de créer que l’art n’exige pas de sainteté d’esprit, chacun a la possibilité de tenir des propos racistes, et de ridiculiser un peuple, c’est là que je dis enfin c’est un dessert pour le cannibalisme des temps modernes.

Je vous invite à regarder le film Vénus noire, méditez sur cette phrase :

«Je n’ai jamais vu de tête humaine plus semblable à celle des singes».

Flashmag : Que dire de la dérive de l’art contemporain, on dirait les temps nouveaux  sont l’apanage de l’art mercantiliste, aussi bien dans les autres arts ludiques que sont la music ou le Cinéma, pensez-vous que la crise économique qui secoue le monde est d’abord une crise social une  crise des valeurs, et par-delà une crise artistique ?

Annie Sène : La perte de l’authenticité, la crise économique est une crise sociale, on ne prend pas le temps d’apprécier les gens, tout va vite, l’environnement familial, écologique est négligé au profit de faire du profit, la qualité est remplacée par la quantité,   reproduction en série des œuvres en masse, la qualité a son prix, les valeurs humaines se perdent, il est difficile de rester soi-même, vivre dans un langage de générosité et de découverte des êtres, l’art est le maillon de l’unité humaine, transcende les crises, est l’antidote des maux, c’est la source créant les richesses de vie humaines. Ainsi, l’argent ne sera plus la RACINE de tous les maux.

Que les gens merveilleux de par leur amour pour l’ART, vivent vraiment.  

Flashmag :Une vie sans cause est une vie sans effets Annie Sène  est-elle une artiste engagée ?  Quel est son cheval de bataille ?

Annie Sène : Mes éveils remercient les saveurs de la vie, avec sagesse et sincérité, dans le but de promouvoir la liberté, Gandhi, Martin Luther King, Bob Marley, Nelson Mandela, ces hommes parmi tant d’autres ont su avec leurs mots vouloir dénoncer les maux de la terre et, avoir le vœu de guérison pour tous les êtres dans toutes les nations.

Alors pourquoi ne pas suivre la route du rapprochement de TOUS dans la paix, l’amour et la justice.

Flashmag :pour clore cet entretien avez-vous une mention spécial  à l’ endroit du public, ou peut-on se procurer

 

vos œuvres ?  Quel est votre programme du proche  future, une soirée vernissage en vue ?

Annie Sène : Soyez près de moi, ensemble faisons ce que l’on aime, servons nous de nos dons pour alimenter notre vie avec épanouissement, œuvrons en authenticité.

Merci pour vos encouragements.

Suivez-moi, restez en contact : mon courriel : creaffaires@gmail.common web site : www.mainportraits.comma page  Facebook :www.facebook.com/anniesene

Je vous invite à entrer en contact avec mon agent :  Mr Alvaro Pachecoà l’adresse email : photal@vif.com.

 Dans quelques semaines, mes tableaux se trouveront dans les locaux de KITWEB,

 Situé aux 6334 rue Saint-Hubert, Montréal. QC H2S CANADA. L’exposition commence le vendredi 29 juin 2012 jusqu’au mardi 31 juillet 2012. Le vernissage aura lieu le vendredi 29 juin 2012 à partir de 17 heures.

Flashmag :Annie Sène Flashmag et son lectorat vous remercie pour cet entretien convivial.

 

Interview realisee, par Hubert Marlin

Journalist-writer

No comments for this post

Add a comment

Flashmag is a production of MEDIANET.LLC all rights reserved