Flashmag,the sharpness in news and leisure...

HAUTE COUTURE SUR LA COTE D'AZZURE OLIVIA ERVI

September 14, 2011 0 Comments

Flashmag, dans son Edition de ce mois  fait la rencontre d’Olivia Ervi créatrice de mode pétrie de talent. Personnalité à la fois ferme et sympathique, Olivia exalte une certaine  manière de vivre sa vie  sans  ambages ni contrefaçons. Elle répond aux questions de notre équipe rédactionnelle  avec sincérité et pertinence pour le grand  bonheur de nos lecteurs…

Flashmag : qui est Olivia Ervi ? Ses origines, son parcours, comment a-t-elle embrassée  la  carrière de modéliste et pourquoi ?

 Olivia Ervi:  je suis une jeune femme originaire de Bafoussam dans l’ouest Cameroun (Afrique centrale) qui est parti loin de chez elle il Ya 20ans pour réaliser son rêve.

Flashmag : quels souvenirs gardez-vous de votre période d’apprentissage de ce métier  surtout lorsqu’ on sait que vous êtes arrivée  en France très jeune  (14 ans) et aussitôt vous avez commencé à côtoyer les ateliers de couture ?

Olivia Ervi: Non pas tout de suite...j'ai eu beaucoup de difficultés surtout lorsque que je démarchais les ateliers pour qu'on me donne ma chance...j'essuyais des refus. Car je ne venais pas d'une école de mode. Le souvenir que je garde de cette période, c'est ma détermination à vouloir faire ce métier. Jusqu’au jour où je suis tombé sur la bonne personne et j'ai pu faire ce que je savais faire, la couture.

Flashmag : comment définissez-vous votre style qu’est-ce qui vous inspire en règle générale dans votre création artistique ? Avec  quels matériaux aimez-vous  plus travailler ?

Olivia Ervi: Mon style défini la femme moderne, la femme active, qui est à la fois femme et mère .je m'inspire de tableau de peintre contemporain, et des clichés pris lors de mes différents voyages, ou tout simplement les gens qui passent dans la rue.

Flashmag :Qui sont  les designers qui vous ont plus influencé, dans l'élaboration de votre carrière ?

Olivia Ervi: Ayant eu la chance d'être petite main dans les ateliers qui travaillaient pour des grandes maisons, j'ai eu le privilège de toucher les plus belle matières, les plus beaux tissus. Forcément, j'étais en admiration devant les belles pièces de Mr st Laurent, de la maison Dior, Céline et Valentino

Flashmag : honnêtement  surtout vu la connotation de votre nom  et le grand engouement du public lorsque nous avons découvert vos création en 2008 à Cannes nous étions loin de nous imaginer que vous étiez noire et Africaine de surcroit, que pensez-vous de la présence  et de l’apport des noirs dans le secteur de la haute couture ? En vous basant sur votre expérience personnelle, et votre vécu quotidien ?

Olivia Ervi: Perso, en arrivant dans ce métier, je croyais que c'était juste réservé aux "Blancs" c'était ce que je voulais faire, et rien d'autre...alors je me suis dit: s'ils l'ont fait, pourquoi pas moi? Ensuite, j'ai eu la chance de faire la rencontre de Katoucha, le seul mannequin noir qui avait réussi dans le milieu de la mode à Paris et elle a été de très bon conseil car elle était dans le milieu de la mode depuis bien longtemps. C’est vrais qu'être noir n'aide pas toujours...mais si vous voulez réussir dans ce que vous faites, ne tenez pas compte des remarques désobligeante des personnes qui aurons tendance à vous rabaisser sous prétexte que vous n'avez pas la bonne couleurs de peau. Rester vous-même et ne perdez pas de vu vos objectifs.

Flashmag :pensez-vous que le monde de la mode est  l’un des plus tolérant quant- il en vient aux races aux genres, et à l’orientation sexuelle ?

Olivia Ervi: Non je ne pense pas!!! C’est un monde ou la moindre erreur n'est pas permise...on est soumis à chaque collections à des critiques tant au niveau de la presse, que des acheteurs. Le fait d'être noire, ou homo ne pose pas en soi un vrais problème si vous avez une belle collection...au contraire on vous aime, pour mieux vous détester la saison prochaine! (rires)

Flashmag: la définition de la beauté  selon Olivia Ervi?

Olivia Ervi: C’est être sois même...écouter son corps...mettre un vêtement, c'est se sentir bien dedans. ce qui va à une femme mince, ne va pas à une femme ronde. le tout c'est d'être bien dans son corps...et quand c'est le cas, on se sent forcement belle!!

Flashmag:il y'a des griefs qui sont souvent fait à l’encontre des créateurs  de mode à savoir que  leur œuvres sont souvent très abstraites, difficilement portables par  tout le monde dans la vie de tous les jours qu’ en pensez-vous?

Olivia Ervi: Ce qu'un créateur présente sur lors d'un défilé, n’est pas forcement portable par les gens ordinaires il est plutôt entrain de montrer la profondeur de sa création artistique,  il doit montrer  ce qu'il est capable de faire avec une matière première (tissus, cuir, fibre, peau) quand -il s'agit des collections destiner aux grand public, (prêt à porter), la ligne est complètement différente. Ce sont des tenues portables par tout le monde car le but finale c'est le confort.

Flashmag:  l’ autre reproche souvent évoqué  porte sur les mannequins que beaucoup estiment être trop idéalisés avec une rigueur vestimentaire énorme lier à leur morphologie  filiforme  que les gens normaux auraient du mal à s’y retrouver; tandis que dans le même registre certains modèles d’origine Africaine se plaignent constamment de ne pas avoir la carrière escomptée à cause de leur rondeur assez prononcées qu’en pensez-vous ?  Avez-vous trouvez une solution pour pallier ces problèmes tant il vrai qu’on ne saurait refaire la nature…

Olivia Ervi: C'est vrais que beaucoup de designers préfèrent les mannequins plutôt maigre...moi je travaille avec des filles qui ont un minimum de formes. Sauf mon mannequin cabine fait un 34/36 Fr car c'est plus facile si je dois détecter une anomalie sur mon prototype. Mais une fois le proto validé, je commence les séries sur des tailles 38 Fr car faut savoir que la plupart des femmes ne font pas un 36, mais plutôt du 40 voire 42. Pour ce qui des mannequins Africaines, il est vrais que la plupart sont cambrée mais ce n’est pas une excuse pour pas travailler avec des filles black, car nous en avons de très belle! Je déplore juste le fait que dans le milieu de la mode  européenne, les acteurs pensent que le noir n'est pas très vendeur...la noire ne ferais pas rêvé la clientèle asiatique  notamment les Japonaises, et depuis peu les chinoises, qui sont des grosses consommatrices du luxe à la Française .et moi je suis loin d'avoir trouvé la solution...et je crois que ce n’est pas demain que les choses vont changer, hélas...

Flashmag: Alors que nous entrons dans la seconde décennie du 3 millénaire que pensez- vous des nouvelles tendances de la mode, pour certains elle a atteint son point de saturation et le comportement décadent de certains grands  modélistes comme John Galliano renforce cette idée, de grandeur déchu et de manque  de talents novateurs qu’en  pensez? Qu’espérez-vous faire personnellement pour relever ces défis, sortir des sentiers battus de la monotonie, innover et évité de tomber dans le déjà vu bref apporter sa touche personnelle?

Olivia Ervi: La mode, c'est un éternel recommencement. Ce qui est tendance aujourd'hui, ne le sera plus demain. Reviendra dans quelques années comme il y'a deux ans avec la mode du vintage. Le tout c'est de pouvoir apporter sa touche personnel dans ses créations, suivre les tendances du marché selon la clientèle que l'on vise.

Flashmag: nous pensons dans notre Magazine  qu’une vie sans cause est une vie sans effets  Olivia Ervi est-elle une artiste engagée ? Quelle est son opinion sur la vie en générale sa contribution à l’édification  d‘ un monde meilleur quand on sait la situation qui prévaut actuellement en Afrique un continent on sait qui vous est  cher ?

Olivia Ervi: Je pense être engagée par le fait que je suis intéressée par l'actualité du continent noir...comme la plus parts des Africains de la diaspora. L’Afrique d'aujourd'hui est bien différente de celle de 1960...Deux Africains sur trois ont moins de 25ans et sentent d'une certaine manière, qu'il faut se bouger. L’Evolution a été longue et je crois qu'on y arrive. Vous savez, Rome ne s'est pas construite un jour!
Flashmag: au moment de clore cet interview y'a-t-il  une autre question un autre sujet que vous auriez aimé évoquer, avec nous mais dont hélas nous avons omis de soulever?

Olivia Ervi: Non je pense qu'on a parlé de l'essentiel...mais j'ai quand même un regret concernant le faite que je ne suis pas souvent invité aux évènements mode en Afrique sous prétexte que je ne crée pas la "mode Africaine" c'est dommage.

Flashmag: un mot sur vos projets, Défilés, collections? Ou peut-on trouver vos créations ?

Olivia Ervi: On peut trouver mes créations aux Moyen Orient, Zurich, Cannes, Paris...en ce moment, je suis en congé maternité. Dans quelques mois, je rentre en Atelier pour la prochaine collection, et bientôt j'espère la présentation de la collection en défilé.

Olivia Ervi,   Flashmag et ses lecteurs vous remercie pour votre patience et votre pertinence tout au long de cet entretien.

Olivia Ervi: Merci à vous, et pleins de bonnes choses pour la suite.

Interview realisee par Hubert Marlin Jr.

 

video un apercu des creations Olivia Ervi   

                        

No comments for this post

Add a comment

Post categories

No blog categories

Post archives

No blog archives

Flashmag is a production of MEDIANET.LLC all rights reserved