Flashmag,the sharpness in news and leisure...

Les fichiers secrets de J. Edgar Hoover

November 17, 2012 1 Comment

Les fichiers secrets de J. Edgar Hoover

 

J. Edgar Hoover. Depuis près de 50 ans,  a dirigé le FBI. Il se considérait comme le gardien de ses secrets, sa puissance et son image, Hoover  gardait  les clés d'un royaume appelé Washington.

Bien sûr, aujourd'hui, la légende  de Hoover ne regarde pas seulement  la lutte contre la criminalité. Il a aussi   joué un rôle trouble  dans  les libertés civiles, collectant de vastes dossiers secrets sur des personnes innocentes - un homme puissant,  qui lui-même avait ses propres secrets, y compris les rumeurs de comportement sexuel bizarre. Trouver le réel, J. Edgar Hoover a été la passion de l'auteur Richard Hack depuis près de deux décennies, ce qui l'a amenée  à écrire le livre, "Puppet Master: La vie secrète de J. Edgar Hoover."

Pour son livre, Hack a interviewé des dizaines de connaissances d’Edgard Hoover et épluché   des milliers de documents de Hoover. Le portrait qui se dégage est, le bon, et le mauvais Hoover,  un homme avec un goût pour le mauvais côté du pouvoir.  Le bon Hoover,  est l’homme dont l'expérience en tant que commis au ministère de la Justice a aidé à transformer une agence fédérale désorganisé en une organisation de combat véritable contre le crime.

Richard Hack:"Il a certainement su garder le secret, ce qui était vraiment la clé de son succès. Non seulement il savait les secrets, mais personne ne savait quels secrets il  savait. "

John Hockenberry: «Alors, son profil dominant à Washington a été fondée en partie sur le fait que personne ne pouvait voir son bluff?"

Hack:"Oh c'est sûr." Hoover avait  misé  gros sur sa signature et son style,  connaissant de manière étonnante  huit présidents différents de 1924 jusqu'à sa mort en 1972. Aucun directeur du FBI n’aura jamais l’empreinte, ni   le pouvoir que  Hoover avait.

"Quand il est arrivé au FBI - Bureau of Investigation,  son mandat était de le nettoyer et de le rendre légitime. Et s'il y’ a une chose qu'il fit, ce fut de commencer à tout cataloguer, garder tout organisé. "

Cette organisation comprenait la mise en place de fichiers d'empreintes digitales, les laboratoires de la criminalité, et bien sûr il y avait les agents eux-mêmes. Hoover  insistait pour qu'ils soient éduquées, et dédié à leur travail, et qui lui soit fidèle.

Hack:«Tous les membres de cette équipe d'hommes de loi n’étaient loyaux  qu'à lui. Ils ne répondaient qu’a lui. Ils ne répondaient pas procureur général  (ministre de la justice).  Ni encore moins  au président des États-Unis, qui a son propre Service Secret. Ils répondaient à Hoover, tout simplement. "

Hockenberry:"il me semble  que vous avez découvert, qu’ Hoover a eu l'intuition dans les années 20 que vous n'avez pas besoin d'être élus à n'importe quoi pour avoir un grand pouvoir,  à Washington."

Hack:"L'idée qu'il avait, était  que si vous n'êtes  pas été élu, cela est  beaucoup mieux. Il a créé une mystique de lui-même que le peuple ne lui permettrait pas de partir. "

La mystique d’Hoover venait d’une  grande maîtrise des relations publiques modernes, bien avant que  le Washington officiel ne sache ce que c’était. Hoover a importée  Madison Avenue à Pennsylvania Avenue. Hoover a dirigé le FBI, mais il a réussi  à façonner son image partout. Il dictait à Hollywood. Et les studios  suivaient  les ordres de Hoover, sur la façon dont le crime et la punition devrait être dépeints.

Hack:"Il contrôlait tout. Il regardait tous les films, toutes les références, chaque scène, chaque acteur. Il donnait son accord après. "

Hockenberry:"Il  pouvait opposer son veto à un acteur dans un film qui mettait en vedette G-Men?"

Hack:"Et il l'a fait. Dans le «FBI Story" qui mettait en vedette Jimmy Stewart, il a autorisé Jimmy Stewart par exemple. Il l'a interviewé, avant de lui donner son accord. "

Et puis il y avait James Cagney.  Hoover n'était  pas été très heureux que Cagney dépeigne les criminels dans des films comme " des ennemis public".

Hack:"Son seul conseil à Cagney était toujours». Faites-vous tué  à la fin, assurez-vous que vous êtes mort parce que je ne veux pas voir des escrocs vivant "

Hoover avait obtenu plus d’une fois  le changement d’orientation de Cagney, ce dernier laissant tomber les gangsters, pour jouer G-Men. Hoover faisait  même le casting  de son caractère dans les films. Hoover était peut-être plus en contrôle de sa propre image. Un célibataire tout au long de sa vie long, son immunité au scandale personnel en cours de mandat, tient sans doute au sacrifice dans sa vie privée.

Hack:"Pour que  J. Edgar Hoover  soit aussi puissant qu'il était, et pour conserver cette image, il devait renoncer à sa vie personnelle.  Son métier est devenu sa vie personnelle. Il n’avait pas d'autre vie. "

Mais encore, il y avait des ragots. Le seul compagnon  d’ Hoover semblait être son commandant en second du Bureau, Clyde Tolson.

Hockenberry:«Son amant"

Hack:"Non"

Hockenberry: «vous ne le  ne croyez pas?"

Hack:"Oh, je sais que ce n'était pas le cas. Je sais qu'il n'était pas homosexuel. " Contrairement à ce que d'autres croient,  le simple fait que Tolson et Hoover se permettaient d’être constamment  vu en public, prouve qu'ils ne pouvaient être que  plus proches collaborateurs.

Hack:«c’est devenu clair pour moi lorsque je suis allé plus loin dans la psyché de l'homme, s’ils étaient en effet des amoureux, ils n'auraient jamais été vus ensemble."

Bien qu'il ait été vus en compagnie, dit Hack, de quelqu'un qui était son amant. Lorsque Dorothy Lamour n'avait pas envie de Bob Hope dans des films comme  "Road to Zanzibar,"  elle  passait du temps avec J. Edgar Hoover.

Hack:"Le véritable amour de sa vie, toute sa vie, était Dorothy Lamour."

Hockenberry:«Pensez-vous qu’ils ont eu une relation sexuelle?"

Hack:"Oui. La raison pour laquelle je le sais, c'est que  Dorothy Lamour tout en n'en parlant pas, n’as jamais nié que c'était arrivé. "

Hockenberry:La mystique d’ Hoover  fait que le moindre détail sur sa vie est  alléchant, même après sa mort. Comme la fameuse histoire qui dit qu’ Hoover était un travesti qui aimait porte les vêtements de femme. Dans une vie privée si peu connu, une simple rumeur peut définir l'homme.  Vous estimez que c’est simplement faux.

Hack:«C'est tellement scandaleux de même envisager cela. Il ne l'a certainement jamais fait. "

Hockenberry:"Comment  le savez-vous?"

Hack:«Non seulement il ne l’a pas fait, ce n'est même pas logique."

Hockenberry: "Eh bien, je ne sais pas si il y’a une logique dans le travestissement."

Hack:«C'est un homme qui ne ferait rien du tout  qui aille en l’encontre de son idéal,  même de manger la mauvaise nourriture, si au hasard cela affecterait sa base de pouvoir. Il ne ferait pas, et encore moins quelque chose d'aussi scandaleux que se mettre  dans une robe,  et inviter des inconnus pour en témoigner. Ce  n'est pas possible ».

Ce qui n'est pas contesté, c'est que Hoover utilisait son pouvoir pour rendre la vie difficile aux gens qu’il croyait être une menace pour lui, des gens comme Martin Luther King, Jr.

Hack:"Le problème avec Martin Luther King se résumait au respect. Un simple respect de base au fond. "

Hockenberry:selon vous Hoover s'est senti insulté par le leader des droits civiques. King qui avait  osé ignorer un de ses appels téléphoniques.

Hack:"A partir de ce seul appel téléphonique sans réponse, le reste de la vie de King, Martin Luther King est devenu impossible, le leader des droit civique n’avait plus eu le moindre instant libre  du spectre de J. Edgar Hoover, jamais. Il enregistrait ses conversations, et le faisait suivre. "

Hoover avait recueilli des détails intimes sur la vie privée de King, les détails qui allaient  hanter et embarrasser la famille de King  pour les années à venir

Hockenberry:«Pensez-vous que Hoover était en quelque sorte jaloux de Martin Luther King?"

Hack: "Tout à fait, Il avait une femme, il avait une famille, il avait le pouvoir, il avait du respect. Il avait tout et Hoover était vraiment jaloux. "

Et puis il y’ avait ces rapport  de Hoover avec JFK et toute la famille Kennedy.

Hack:"Il avait supporté Richard Nixon. Et quand Kennedy est devenu Président, il avait vraiment pensé qu'il allait être congédié. "

Hockenberry:«Pourquoi  JFK, n’avait pas fait remplacer Hoover"

Hack: "Il ne l’avait pas fait, parce qu'il ne savait pas ce que Hoover savait vraiment. La même raison pour laquelle personne d'osait  congédier   Hoover. Quand il en venait  vraiment au fond des choses. "

Hockenberry:" Le bluff"

Hack:"Il était mort de peur. C'était du bluff géant. "

S’agissant  du clan Kennedy, Hoover avait beaucoup  de mépris pour le procureur général Robert Kennedy.

"Il le considérait comme un outrage. Il pensait qu'il était un canon lâche qu'il ne pouvait pas contrôler et il aimait être en contrôle. "

Robert Kennedy avait  fait  que Hoover détourne son attention de la lutte contre le communisme pour se consacrer à la criminalité organisée, dont Hoover, à l'époque, croyait être une menace beaucoup moins importante.

"ca n’avait pas d'importance s'il y avait mafia. Ils n'allaient pas faire tomber le gouvernement, ils étaient juste  en train de faire de l'argent illégalement et il y avait beaucoup de policiers pour faire face à cela. "

Hockenberry: “Bien que beaucoup ait été dit sur les dossiers secrets de Hoover sur ceux qui l'entouraient, vous dites avoir appris que  Hoover avait quelques dossiers secrets pour son propre usage personnel - les fichiers qui comprenaient des photographies de nu.

Hack:«Il avait des photos nus de nombreuses personnes. Il y avait un fichier obscène qu'il possédait. "

Hockenberry:«Alors, tu crois qu'il était intéressé par la pornographie?"

Hack:"Oh, il était vraiment intéressé par la pornographie. Il disait d'un point de vue intellectuel bien sûr qu’il était bon de savoir ce qu'il y avait là-bas pour qu'il puisse le combattre efficacement. "

Hockenberry: “Et de qui sont les  photos de  nus que Hoover avait? Eh bien, Marilyn Monroe, peut-être pas une grande surprise, mais il y avait aussi une autre.

Hack: "Eleanor Roosevelt, pour l’autre."

Hockenberry:" des photos de nu d'Eleanor Roosevelt? Mon, Dieu ! Pardonnez mon intérêt dans ce domaine, comment en est-il parvenu ?  Et pourquoi voulait –il des photos nues d'Eleanor Roosevelt? "

Hack:" W.C Fields  avait des clichés de nu, d’une femme  qui était censé être Eleanor Roosevelt. Je ne l'ai pas vu moi-même  parce qu'ils ont été par la suite détruits. Mais Hoover avait entendu l'histoire et avait demandé à W.C. Fields,  de lui faire parvenir ces photos, il les lui a envoyé. Et  bien c’est là, que réside le pouvoir  et le jeu de l'homme. "

La singularité de la collecte  des secrets, par Hoover  est peut-être la clé de son pouvoir. A Washington Hoover lui-même était une curiosité, il recevait un traitement spécial partout où il allait. Il avait des choses que personne d'autre n'aurait pu avoir, savait des choses que personne d'autre ne savait. Pour lui, les règles ordinaires ne s’appliquaient pas. Jusqu'à la fin, Hoover a réellement cru qu'il était le protecteur ultime de l'Amérique, ceci est  quelque chose que l’Amérique a  cru pendant un certain temps.

Hockenberry:"est ce qu'il y aura une autre J. Edgar Hoover?"

Hack:"et bien j'espère que non. Vous ne savez jamais qui regarde par-dessus votre épaule avec un Hoover dans le bureau. "

Add a comment

Flashmag is a production of MEDIANET.LLC all rights reserved